tumblr_static_tumblr_static_4gncyaewyd2cowwc008wwswgk_1280

Lovelyz est le nouveau groupe féminin de la Woolim, agence des Infinite (groupe random de mecs). Déjà sujette à controverse, les Lovelyz sont en plein shitstorm (déjà deux nanas hospitalisées, dont une qui est à la limite de la dépression) voilà j'ai planté le décor en mode confessions intimes histoire de préparer le terrain.

Le concept donné au groupe est le cute. Le cute qui appelle les Oppa (l'homme plus haut dans la hiérarchie/ plus âgé/ avec plus d'expérience) car les filles sont sappées en écolières collégiennes (Fantasme number one en Asie de l'homme hétéro). C'est marrant de voir à quel point les "internautes" (enfin les netizens comme on les appelle) ne crient pas au scandale quand ELLES, je précise car ce sont en majorité des adolescentes, voient des jeunes filles faire la danse de l'amour et de l'agyeo. Bah ouais c'est beaucoup plus facile de cracher sur des gonz en tenue de cuir / latex moulante se touchant presque la teuch. Le slutshaming qui engendre le slutshaming (fléau des connasses du 21eme siècle).

Tout ça pour dire que Candy Jelly Love est une petite ritournelle "mignonne" , pas beaucoup de mélodies (sauf sur le refrain) tout se fait sur la voix comme la majorité des titres de pop coréenne. C'est diablement nul et diablement efficace, je l'avoue :  je trouve cette chanson sympathique. C'est pas l'hystérie, d'ailleurs j'ai à chaque fois peur de mourir d'ennui sur les couplets mais dès que viens le pont puis le refrain je me réveille puis je tape des mains. J'aime bien Candy Jelly Love comme j'avais aimé cet autre titre dans le même délire et absolument infâme qu'était Mr. Chu des A Pink.